Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 17:48

Une douce apathie ceignait nos corps alanguis,

Accaparant, d’un souffle indécis, nos visages.

Englobant l’hésitation d’une vie qui s’enfuit,

Ame à ton âme liée, ultime point d’ancrage.

 

Tu me guidais, songeuse, vers des heures meilleures,

Brisant ta vie gracile pour combattre ma mort.

Inégal pugilat dont le brouillard voyeur

Inhalait l’énergie et te donnerait tort.

 

Les arômes de tanin, par la brise, transportés

Insufflaient un espoir à mon âme engourdie :

Avenir naissant par ton agonie exprimée.

 

Amoureuse, tu avais fais le don de ta vie ;

Ultime preuve d’une passion qu’il me faudrait chérir.

L’éclat de tes yeux sera mon plus beau souvenir.

 

                                                                      KA'd

Partager cet article
Repost0

commentaires