Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 16:42

La nuit, doucement, a revêtu ses habits de quiétude

M’emportant dans un souffle d’espoir vers le pays des songes.

Au-delà des arabesques bleutées de mon sommeil,

Au loin, prennent vie, nos deux silhouettes.

 

Dans les méandres vacillants de mes rêves les plus doux,

Au pied de l’éternelle colline du poète vosgien,

Ma main, délicatement, s’empare de la tienne,

Te guidant à travers les vergers odorants.

 

A l’écart d’une source au murmure envoutant,

Envahis par la douceur d’une soirée de printemps,

Mes lèvres susurrent, au creux de tes oreilles,

Ces mots inavoués qui font vibrer ton cœur.

 

Au gré des senteurs enivrantes de noisetiers,

De l’émotion, la pulpe de mes doigts recueille

Tes premières larmes salées et brillantes

Qui voilent subrepticement ton regard.

 

Sous le dais céleste aux scintillantes étoiles,

Nos corps cajolés par la tiédeur des herbes folles,

Je dépose, attendri, au creux de ta poitrine,

Quelques pervenches sauvages, symbole de notre amour…

 

                                                                    DKA

Partager cet article
Repost0

commentaires